JOSEPH-MARIE-FERDINAND

JOSEPH-MARIE-FERDINAND est Passager du Centre Gabriel ROSSET et du Pôle d'Accompagnement Renforcé


« Redonner ce que j’ai reçu »

Jusqu’en 2011, Joseph-Marie-Ferdinand était vétérinaire à Brazzaville. Puis, progressivement atteint de cécité, il vint en France, nourrissant le secret espoir de bénéficier d’un traitement de pointe susceptible, sinon de lui redonner ses yeux de vingt ans, du moins de stopper ce processus de dégénérescence oculaire.

Mais en France, il est bien difficile de se loger lorsqu’on n’a ni point de chute ni amis susceptibles de vous épauler dans la difficulté. Si bien que Joseph-Marie-Ferdinand arrivant à Lyon fut hébergé dans un foyer, rue Général-Frère dans le 8ème arrondissement. Il s’employa alors à obtenir des papiers auprès des services de l’OFPRA à Paris. La réponse de l’Office ayant été négative, il dut quitter la rue Général-Frère et se retrouva à l’hôtel durant trois jours. Puis, après avoir sollicité le 115, il fut accueilli en décembre 2013 au FOYER NOTRE-DAME DES SANS-ABRI et très vite au « Pôle d’Accompagnement Renforcé ».

Celui qui converse un moment avec Joseph-Marie-Ferdinand a tout-à-coup envie de fredonner la célèbre chanson de Guy BÉART : « C’est l’espérance folle qui danse et vole au-dessus des toits, des maisons et des places… »

Nonobstant sa cécité qui le handicape de plus en plus, Joseph-Marie-Ferdinand, à 71 ans, vous offre un perpétuel et beau sourire et commente, volontaire :

« Je ne suis là qu’en transit. Un jour, je partirai. Pour l’instant, j’ai bien besoin de l’aide des salariés et des bénévoles, mais je m’en sortirai. Je suis membre de l’association Valentin HAUŸ qui s’occupe des non-voyants et malvoyants, avec eux et avec les éducateurs du FOYER, je réfléchis à mon projet de vie. Je souhaite arriver à circuler sans être troublé, faire bon usage de la canne blanche. D’ailleurs à la Maison du Rhône, on m’a fourni un appareil qui m’aide à circuler. Ne me fiant plus beaucoup à ma vue, je m‘en remets souvent désormais à mon ouïe. »

Puis il ajoute : « Je suis un traitement depuis un an et observe déjà une progression positive dans ma vue. Désormais, je distingue bien jour et nuit, noir et lumière. Je suivrai ce traitement encore six mois et subirai probablement une intervention chirurgicale susceptible d’améliorer encore les choses. »

Et il conclut :

« Maintenant, j’ai deux objectifs : retrouver suffisamment d’autonomie pour avoir mon appartement à moi, et m’investir dans une association comme bénévole. J’ai envie de redonner ce que j’ai reçu. »

Joseph-Marie-Ferdinand, un homme debout face à l’adversité.